Limoges : métiers d’art en péril

Plus qu’un bassin industriel, Limoges est le berceau historique des arts de la table, et plus précisément des arts du feu. Mondialement connue pour son savoir-faire dans les émaux d’art, la porcelaine industrielle, et la porcelaine d’art, la ville incarne un des joyaux du savoir-faire hexagonal. Mais plongée dans une conjoncture difficile depuis le début des années 80, la porcelaine de Limoges a bien du mal à se relever. Et elle fait décidemment l’objet de nombreuses convoitises! Combien de temps encore va-t-on laisser disparaître nos richesses ?

Deux siècles de rayonnement, trois décennies de déclin

C’est dès la fin du XVIIIème siècle qu’est apparu le travail de la porcelaine dans la région de Limoges. En 1765, des carrières de kaolin sont découvertes près de Saint-Yriex-la-Perche. Au tout début de son exploitation, les artisans utilisaient des fours à bois pour toutes les étapes de la fabrication. En 1840, la première machine à vapeur est installée et permet d’améliorer le marchage et le battage des pâtes. Un véritable tournant de l’industrie porcelainière intervient en 1856, avec l’arrivée du chemin de fer à Limoges. Dès cette date, l’exportation de la production se fait plus rapide et plus abondante (lien). Ainsi commence l’âge d’or de la porcelaine de Limoges. Cependant, la conception d’objets d’art reste un travail manuel, et l’innovation technique a ses limites. Refusant de faire toute concession en terme de qualité, les porcelainiers de Limoges voient alors leurs coûts de production s’accroître, face à la concurrence de sociétés étrangères au XXième siècle qui développent des produits d’entrée de gamme. Leur production est largement automatisée. En même temps, la baisse constante du nombre de mariages réduit la demande, et les ménages se tournent souvent vers des matériaux moins nobles comme le grès ou la faïence. Les chocs conjoncturels des années 70 affectent un peu plus les porcelainiers, et le début d’ouverture des marchés en 1986 les expose à une compétition inégale. Entre 1988 et 2003, les effectifs ont chuté de 45% (lien). Le secteur employait 8000 personnes en 1970, il n’en reste que 1000 (Le Monde, 3 juillet 2009).   

Limoges est aujourd’hui classée « pôle européen de la céramique », et accueille le siège du pôle nationale de compétitivité « Céramique » (lien). Mais cela ne suffit pas à affronter la conjoncture. D’abord parce que les porcelainiers exportent majoritairement aux Etats-Unis, et qu’un euro trop fort les pénalise depuis des années. Il semblerait aussi que les entreprises qui sous-traitent déjà à l’Est soient tentées de délocaliser vers la Chine (lien). En effet on reproche souvent aux porcelainiers de n’avoir pas su moderniser leur outil de production. Mais cette « modernisation » est-elle compatible avec les exigences des métiers d’art ? Ou le problème ne réside-t-il au fond que dans les coûts de main d’œuvre, face à la concurrence asiatique ? On ne le répète jamais assez mais depuis 2005, les porcelainiers de Limoges font face à la levée des quotas à l’export des pays asiatiques. Pourtant, un rapport très sérieux soulignait récemment que « si l’entrée de gamme permet une production mécanisée et délocalisée sur les produits basiques, les contraintes du haut de gamme, avec une fabrication largement artisanale, imposent le maintien d’un outil productif en Europe occidentale » (lien). A bon entendeur…

Une perte irréversible de savoir-faire ?

Reconnu pour ses célèbres manufactures de porcelaine, le bassin d’emploi de Limoges concentre la plupart des activités industrielles phares de la région (lien). Mais cela va-t-il durer ? La question peut paraître alarmiste. Pourtant, afin de protéger ses emplois et son savoir-faire, l’Union des fabricants de porcelaine de Limoges se bat pour essayer de préserver la production sur place (lien). Il s’agit de protéger le métier des dérives et des convoitises potentielles. Mais de quoi parle-t-on ici ?

Il faut savoir que les délocalisations vont bon train. En effet, le nom de Limoges se vend bien. Mais des sociétés en difficulté sont revendues à de grands groupes, qui délocalisent la fabrication et se servent des marques pour générer du profit, après avoir licencié les travailleurs qui ont bâti leur renom (lien). Cette pratique devenue monnaie courante est même une habitude révoltante, pour certaines multinationales. Si on se penche sur le cas du  groupe Amefa (n°2 des couverts de table en Europe), les faits sont éloquents. Les consommateurs ne connaissent pas vraiment le nom « Amefa » et c’est ce qui aurait poussé l’entreprise, selon certains (lien), à racheter Couzon en 2005, la fameuse coutellerie. Les conséquences ont été désastreuses : la plupart des emplois ont été supprimés, et la sous-traitance locale s’est effondrée (lien). Il est certain que Couzon était en difficulté à l’époque, mais elle n’a pas été rachetée pour être sauvée : Amefa a seulement gardé sur place la distribution, le marketing et le design, et une dizaine d’emplois pour la production des petites séries (lien). Afin de profiter de la renommée des couteaux de Thiers ? L’histoire pourrait bien se répéter. La presse révélait il y a quelques jours que Amefa souhaitait prendre le contrôle de Medard de Noblat, maison française fondée en 1836 (lien).

Que restera-t-il demain de cette entreprise emblématique de notre savoir-faire ? Et de la porcelaine de Limoges, si ce n’est qu’une étiquette, une marque qui fait vendre ? Ne devrait-on pas interdire ces pratiques, qui peuvent induire le consommateur en erreur ? Les salariés de Medard de Noblat seront-ils aussi demain, comme leurs anciens camarades de Couzon, sur le carreau ? Dans tous les cas, les grands noms de Limoges font des envieux, et ce n’est pas seulement vrai pour Medard de Noblat : des fonds d’investissement et des sociétés étrangères (selon Enjeux Les Echos) gravitent autour de nos marques locales depuis des années (par exemple, le fonds d’investissement TCR ou le russe Lukoil). Il est grand temps de prendre parti contre le pillage de l’industrie française. L’économiste Galbraith n’a-t-il pas dénoncé ce qu’il appelle « la prédation économique moderne » (lien) ?

Nos marques locales ont été construites patiemment par des générations entières de dirigeants et d’ouvriers. Mais ne vous étonnez plus si « parfois, le savoir-faire est galvaudé pour «cracher du blanc» sans se préoccuper de la qualité, afin d’arrondir les fins de mois » (lien). Et qu’on arrête enfin de nous brandir le sceptre de la récession : « Le marché des arts de la table est globalement en expansion dans le monde, avec l’hôtellerie et la restauration ». Parce que, il est bon de le rappeler, il y a encore des patrons à Limoges qui osent clamer haut et fort : « Je ne sacrifierai ni l’image de marque ni la qualité pour des bénéfices à court terme »  (lien).

http://www.come4news.com/limoges-metiers-dart-en-peril-292323

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Un master véhicules et transport durable spécialité électrification et propulsion automobile

Le master mention Véhicules et Transports Durables, spécialité Electrification et Propulsion Automobile a été créé en 2010 par consortium de grandes écoles composé de l’ENS Cachan, l’IFP school, Supélec et Centrale Paris. C’est le premier master français consacré à ce domaine
master véhicule électrique

L’Aventure de la céramique européenne à Limoges

Cette exposition répond à la volonté de la Ville de Limoges – dont le nom même est devenu synonyme de porcelaine dans de nombreux pays – d’organiser une exposition qui mette en valeur la production des neuf centres céramiques européens regroupés à son initiative dans l’ambitieux projet UNIC (Urban Network for Innovation in Ceramics) : Aveiro (Portugal), Castellón (Espagne), Cluj Napoca (Roumanie), Delft (Pays-Bas), Faenza (Italie), Limoges (France), Pécs (Hongrie), Séville (Espagne), Stoke-on-Trent (Angleterre) ; auxquels s’ajoute Selb (Allemagne) par l’intermédiaire du Porzellanikon Museum.

Depuis 1.000 ans, Limoges est une capitale des arts du feu : émaux médiévaux champlevés sur cuivre et émaux peints de la Renaissance. Depuis plus de 250 ans, elle a acquis une renommée internationale grâce au savoir-faire de ses fabricants de porcelaine. [..] En mettant en perspective les évolutions techniques et les grands courants artistiques qui ont marqué l’histoire de ces différents centres depuis leur création jusqu’à aujourd’hui, cette manifestation témoigne de la qualité et de la vitalité de la tradition céramique européenne [..].

[…] l’exposition propose en premier lieu une définition claire des quatre grandes familles de céramique : la terre cuite et la faïence à la pâte poreuse, ainsi que le grès et la porcelaine dont la pâte est totalement imperméable. Les origines lointaines de la porcelaine (Chine, Corée et Japon) sont évoquées, ainsi que le rôle joué par Marco Polo dans la découverte par l’Occident de cette précieuse vaisselle. Les secrets de fabrication de l’or blanc longtemps convoités, ne furent maîtrisés par les Européens qu’au début du XVIIIe siècle […]

Organisée de façon chronologique, la présentation suit les grands courants esthétiques qui se sont succédé : baroque et néoclassicisme, puis romantisme, avant d’aborder l’orientalisme, l’éclectisme ou encore le japonisme. Certaines techniques mises au point au cours du XIXe siècle, comme la pâte sur pâte ou le grain de riz sont également présentées ainsi que les recherches effectuées par les céramistes sur les émaux de couleurs, en particulier les fameux rouges de cuivre et les lustres.

Pour le XXe siècle, des pièces remarquables représentatives de l’Art Nouveau, de l’Art Déco, des années 1950 et 1970 ainsi que des oeuvres design produites dans chacun des centres invités sont réunies. A Limoges, ces pièces contemporaines, dues à neuf artistes présélectionnés dans le cadre d’un concours international de création, sont en cours de réalisation au sein des manufactures de porcelaine.

L’exposition, qui n’a pas vocation à être exhaustive, réunit plus de 400 pièces du XVIIe siècle à nos jours, souvent aussi inconnues qu’inattendues, ainsi qu’une dizaine d’oeuvres magistrales par leur réalisation et leurs dimensions, datant du milieu du XIXe siècle.

 

18 juin 2010 – 26 septembre 2010

Galerie des Hospices / Salle Augustoritum
6 rue Louis Longequeue
87 000 Limoges

http://www.rmn.fr/francais/les-musees-et-leurs-expositions/autres-en-region/expositions-113/de-terre-et-de-feu-l-aventure-de

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Céric Wistra : l’usine déménage

Le tribunal de commerce de Limoges a validé mercredi le projet de reprise partielle de Céric Wistra. La société spécialisée dans la fabrication de fours hautes températures, implantée sur la technopole Ester à Limoges, avait été placée en redressement judiciaire fin juillet. La reprise a été accordée à la société Ceritherm qui vient d’être créée. Elle réunit six anciens cadres de Ceric Wistra et va s’installer à Oradour-sur-Vayres en Haute-Vienne [..]

Le Populaire, 11 mars 2010.

http://www.lepopulaire.fr/editions_locales/limoges/

en_redressement_judiciaire_l_usine_demenage@CARGNjFdJSsGFxMDCxw-.html

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

« Les nouveaux pionniers de « l’or blanc » réveillent Limoges »

Bernard GORCE,  La Croix, 23/02/2010, extraits.

Héritiers des porcelainiers, de jeunes entrepreneurs tissent un réseau de PME high-tech qui apporte un rayonnement international à la capitale limousine.

 

Le rayon laser grave un logo sur la bouteille d’une grande marque d’eau minérale. Après six mois de travail, la machine est en fin de test dans le laboratoire de l’entreprise Cerlaze qui devrait bientôt la livrer au fabricant de boisson. Petit détail, la bouteille est pleine, déjà capsulée.

C’est grâce à un procédé révolutionnaire de « frittage », des grains de poudre permettant de graver des supports de verre ou de céramique en fin de chaîne de production, qu’Arnaud Hory a créé, en 1998, son entreprise à Limoges. Depuis, sa société, qui vend des machines dans le monde entier, est devenue un groupe qui détient cinq marques et emploie une quarantaine de salariés.

À l’image d’Arnaud Hory, 40 ans, une nouvelle génération d’entrepreneurs à la tête d’un bataillon de PME réveille la paisible cité limousine. Connue dans le monde entier pour sa porcelaine, « l’or blanc », Limoges tente d’arracher une réputation internationale en matière de haute technologie. Les champs d’utilisation de la céramique sont, en effet, immenses, qu’il s’agisse de l’habitat, de la médecine, de l’électronique, de l’aérospatiale ou même du nucléaire.

Un Pôle européen de la céramique avec près de 80 entreprises

En 2004, lorsque le gouvernement lance une nouvelle stratégie industrielle basée sur les « pôles de compétitivité », Limoges tente sa chance et gagne. Le Pôle européen de la céramique, soutenu par la région, est officiellement labélisé en 2005. Il regroupe aujourd’hui près de 80 entreprises, dont la moitié sont installées dans la ville, ainsi que deux laboratoires, une université et deux écoles d’ingénieurs, dont l’École nationale supérieure de céramique industrielle (Ensci).

[…]

« Le fait d’avoir le label permet de faire masse à l’étranger »

[…] L’avenir des pôles de compétitivité se joue sur la recherche, l’innovation et la coopération entre les laboratoires et les entreprises.

En quatre ans, le Pôle européen de la céramique a déjà permis de labéliser une soixantaine de projets en recherche et développement pour un montant de 100 millions d’euros financés à 35% sur des fonds publics. Chaque année, de nouvelles PME high-tech voient le jour.

[…]

Plusieurs succès comme les cônes pour les lampes Berger

Une « Ceramics Valley » verra-t-elle le jour en Haute-Vienne ? Jean-Pierre Limousin, président de la chambre de commerce, ne croit pas au miracle mais parle d’une « stratégie de long terme ». Après les investissements dans les grands équipements – aéroport, CHU ou université –, puis l’arrivée de l’autoroute, le pôle est « devenu l’élément majeur de la reconquête industrielle locale. Cela ne fait pas tout, mais c’est un signe psychologique fort que nous ne sommes pas abandonnés par la République, un rappel que nous disposons d’un savoir-faire dont on n’a pas assez conscience. »

Ces dernières années, plusieurs succès sont venus redonner confiance, comme la fabrication des cônes de céramique pour les lampes Berger ou le traitement des moteurs de Formule 1. « Maintenant, explique Jean-Pierre Limousin, la mise en réseau de toutes ces PME doit se poursuivre, et l’activité industrielle suivra. »

Inciter les entreprises étrangères à s’établir dans le Limousin

Comme Arnaud Hory, président de l’association qui anime le pôle, plusieurs entrepreneurs se sont installés sur le site de la technopole Ester, ouverte en 1993  au nord de la ville.

Au centre de ce parc d’activités, un étrange bâtiment en forme de soucoupe abrite des centaines de mètres carrés de bureaux et d’espaces de rencontres. C’est ici que l’on trouve la petite équipe d’animation du Pôle européen de la céramique, que dirige Vincent Collins. Il étudie actuellement, avec l’Agence pour l’emploi des cadres (Apec), une gestion collective des ressources humaines. « L’enjeu, souligne Vincent Collins, est d’offrir à des jeunes qui sortent de l’université ou des écoles de Limoges des perspectives de mobilité de carrière comme à l’intérieur d’un groupe industriel. »

L’autre projet est la création d’une plate-forme de services pour inciter les entreprises étrangères à s’établir dans le Limousin. Fabrice Macquet, délégué général de la technopole Ester, observe qu’une multinationale spécialisée dans la pâte à céramique a déjà installé son centre de recherche de 18 salariés, dont plusieurs ingénieurs originaires du monde entier. […]
Bientôt, l’Ensci quittera le centre-ville pour s’installer sur la technopole d’Ester, ainsi que les deux laboratoires de recherche. Au total, 450 étudiants, enseignants, chercheurs se croiseront au quotidien. […].

http://www.la-croix.com/Les-nouveaux-pionniers-de–l-or-blanc–reveillent-Limoges/article/2415909/55350

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

« Le Limousin retrouve son attractivité »

Céline Rouden, La Croix, 23/02/2010, extraits.

[…]

La région, qui a perdu des habitants tout au long du XXe siècle, a amorcé un léger redressement démographique depuis l’an 2000, signe d’une attractivité retrouvée. Longtemps située à l’écart des grandes voies de communication, l’autoroute A20 la traverse désormais du nord au sud, et un projet de ligne à grande vitesse entre Poitiers et Limoges devrait mettre la capitale régionale à deux heures de Paris.

Le Limousin souffre cependant d’un fort déséquilibre entre l’ouest, où se concentre l’essentiel de la population et des activités (autour de Limoges et de Tulle), et l’est, au caractère rural très marqué. Le quart de la population a plus de 60 ans. L’économie limousine repose sur un secteur agricole important, notamment l’élevage d’ovins et de bovins à viande, dont les productions sont réputées.

Ses industries manufacturières traditionnelles (cuir, porcelaine, chaussure), qui lui ont apporté une notoriété mondiale, sont aujourd’hui en déclin. La mécanique, l’agroalimentaire, les composants électroniques et le papier-carton sont les secteurs porteurs tirés par quelques gros établissements (Legrand, Madrange, Valeo…). Dans une région où le taux de chômage est inférieur à la moyenne nationale, l’administration reste un employeur important.

http://www.la-croix.com/Le-Limousin-retrouve-son-attractivite/article/2415905/4076

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts