Le réseau UNIC et la Commission européenne

Jeudi 20 mai, à Bruxelles, tous les partenaires du réseau UNIC étaient invités à la Commission européenne pour la présentation officielle de leurs Plans d’Action Locale.

A cette occasion, une délégation conduite par Monique Boulestin, première adjointe au Maire de Limoges (représentant Alain Rodet, Maire de Limoges), composée de Eric Martin, Directeur général des services de la Ville de Limoges, Yann Thoreau La Salle, chargé des Affaires européenne à la Ville de Limoges, Adeline Porchez, chargée de mission Europe à la Ville de Limoges, Christèle Coursat, conseillère régionale (représentant Jean-Paul Denanot, Président du Conseil Régional du Limousin), Maurice Borde, Directeur général des services du Conseil Régional du Limousin, Sophie Chaize-Pingaud responsable de la cellule Europe au SGAR (secrétariat général des affaires régionales) à la Préfecture du Limousin a fait le déplacement à Bruxelles pour représenter l’ensemble des villes partenaires du réseau et présenter son Plan d’Action Locale, devant M. Dirk Anher, Directeur Général de la Direction à la Politique Régionale de la Commission européenne (représentant le nouveau Commissaire européen à la Politique régionale, M. Johannes Hahn).

Pour chaque ville partenaire du réseau, la concrétisation de leurs échanges de bonnes pratiques se traduira par l’élaboration d’un « Plan d’Action Local » (PAL), stratégie globale déclinant une série d’actions concrètes. Ces actions concernent différentes politiques publiques ou réalisations d’acteurs locaux impliqués dans le secteur des céramiques.

Désormais chaque ville va pouvoir s’engager dans la mise en oeuvre de son PAL.

Le Plan d’Action Locale de la Ville de Limoges

La Ville de Limoges a élaboré un projet de Plan d’Action Locale articulé autour de 5 objectifs prioritaires :

1. Faire de Limoges une ville ouverte à l’innovation dans une perspective locale et internationale
2. Conforter sa position de centre européen de la recherche sur les céramiques
3. Valoriser la qualité de ses productions locales et en conforter l’ancrage territorial
4. Illustrer le potentiel des matériaux céramiques dans l’environnement urbain
5. Elaborer une stratégie de développement touristique pour valorisant le patrimoine culturel et la création artistique des céramiques et des arts du feu
6. Associer les acteurs et les habitants à la dynamique d’évolution des céramiques.

Pour chacun de ces objectifs, différentes actions envisageables ont été identifiées, dont certaines pour pouvoir être mise en oeuvre devront faire l’objet d’appels à projets auprès de la Commission Européenne et être retenues pour pouvoir bénéficier de financements européens.

Afin de valoriser le potentiel de la Ville de Limoges en matière d’innovation dans le domaine des céramiques, une assemblée des acteurs oeuvrant dans le domaine de la céramique pourrait être créée et être coordonnée par un représentant du Pôle Européen de la Céramique, en lien avec la pérennisation du réseau international des villes céramiques, l’objectif étant de pouvoir s’inscrire dans une dynamique de coopération engagée à la fois au niveau local et international.

La Ville de Limoges avec l’ensemble des acteurs locaux intervenant dans le domaine de la céramique, du développement économique, de l’innovation et en collaboration avec ses partenaires institutionnels, entend également conforter sa position de centre européen d’excellence de la recherche sur les céramiques avec l’ouverture en septembre 2010 de son Centre Européen de la Céramique (CEC) : une stratégie globale de promotion et de communication pourrait être mise en oeuvre pour le CEC en lien avec l’ENSCI (Ecole Nationale Supérieure des Céramiques Industrielles) l’Université de Limoges et les laboratoires associés.

Limoges dispose d’entreprises locales au savoir-faire mondialement reconnu. Afin de valoriser et protéger ses productions locales la réflexion concernant la protection de l’appellation et la constitution d’une marque collective sera approfondie. Un dossier de candidature pourrait être présenté pour que les savoirs-faire liés aux métiers de la porcelaine de Limoges soient reconnus comme patrimoine immatériel auprès de
l’Unesco.

De plus, le potentiel des matériaux céramiques pourrait être valorisé pour personnaliser l’identité urbaine de la ville (application pour la signalétique, mobilier urbain…). Ainsi, une étude sera engagée par la direction municipale de l’urbanisme pou définir les différents champs d’application envisageables au niveau de l’espace urbain.

D’autres outils de coopération locale et européenne sont à l’étude pour approfondir ce sujet.

Par ailleurs, afin de soutenir le développement artistique et culturel des céramiques, la Ville de Limoges souhaite mettre en oeuvre une stratégie de développement touristique.

Ainsi, l’exposition internationale intitulée « De terre et de Feu, l’aventure de la céramique européenne à Limoges » (organisée par la Ville de Limoges en collaboration avec le Musée national de porcelaine Adrien Dubouché et la Réunion des musées nationaux) présentée du 18 juin au 26 septembre 2010, à la Galerie des Hospices à Limoges, s’inscrit pleinement dans cette démarche.

Toujours dans l’optique de valoriser le patrimoine des Arts du feu, une « route de la porcelaine » pourrait voir le jour à l’échelle locale, éventuellement connectée avec d’autres routes similaires en Europe pour créer un itinéraire touristique à cette échelle.

Enfin des études concernant les céramiques pourraient être conduites pour recueillir l’avis des habitants et analyser leurs perceptions. Ces dernières pourraient trouver leur prolongement dans un livre ou une exposition réalisé collectivement avec les partenaires d’UNIC.

Quelques exemples des Plans d’Action Locaux pour les autres villes membres du réseau

Jeudi 20 mai, à Bruxelles, l’ensemble des partenaires du réseau UNIC ont également présenté leurs Plans d’Action Locale.

Pour ne citer que quelques exemples : la ville de Delft a pour projet de créer un musée (le Museum Fabrike) destiné à abriter des collections municipales et privées ainsi qu’une résidence d’artistes et un laboratoire de recherche sur la création artistique et le design.

La ville de Castellón envisage pour sa part la mise en oeuvre d’un « Citylab » afin d’expérimenter de nouveaux usages de la céramique dans l’espace public.

La Ville de Pecs souhaite réhabiliter et réaliser un quartier culturel au sein de la manufacture Zsolnay en proposant des résidences d’artistes, des salles d’expositions et en confortant sa dynamique de Capitale européenne de la Culture en 2010.

La ville de Stoke-on-Trent envisage le lancement d’un Cluster pour l’innovation dans le domaine des céramiques, s’appuyant sur les acteurs locaux de la recherche et de l’économie

Prochaine étape : les villes membres du réseau UNIC accueillies à Limoges du 15 au 18 juin 2010

A l’occasion de l’inauguration de l’exposition internationale intitulée « De terre et de Feu, l’aventure de la céramique européenne à Limoges » (organisée par la Ville de Limoges en collaboration avec le Musée national de porcelaine Adrien Dubouché et la Réunion des musées nationaux) prévue le 17 juin prochain, les villes membres du réseau UNIC ainsi que les maires de quatre villes asiatiques Icheon et Gangjin (Corée du sud), Seto (Japon) et Jingdezhen (Chine) seront accueillies à Limoges du 15 au 18 juin. Ils assisteront au vernissage de cette exposition, à des réunions de travail, des visites techniques et des conférences débat…

Ville de Limoges – 22/05/2010 16:45:00

http://www.newspress.fr/Communique_FR_228920_850.aspx

 

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Limoges : Le Réseau Européen des Villes Céramiques UNIC

Rappel historique de la création du réseau UNIC

La Commission Européenne a lancé en novembre 2007 le premier appel à projets pour le programme URBACT II qui propose aux villes européennes d’engager un travail de coopération et de partage d’expériences grâce à la création de réseaux thématiques. Forte de son patrimoine industriel lié à la porcelaine et de la puissance de ses laboratoires de recherche oeuvrant notamment dans le domaine des céramiques techniques, la Ville de
Limoges a décidé, aux côtés de villes européennes partageant une forte tradition manufacturière appliquée à l’industrie des céramiques, de créer le réseau européen baptisé « UNIC ».

Les villes membres du réseau UNIC

Le réseau UNIC réunit neuf grands centres céramiques européens, dont plusieurs ont acquis une renommée internationale : Aveiro, siège de la célèbre Manufacture Vista Alegre ; Castellón, centre européen de l’industrie céramique et précurseur dans le domaine des nouvelles applications urbaines ; Cluj Napoca foyer antique de céramiques et riche d’un artisanat reconnu ; Delft, dont l’activité faïencière connut son apogée entre 1680 et 1720 et qui est à présent à la pointe du design et de l’innovation marketing pour le « bleu de Delft » ; Faenza, qui a donné son nom à la technique de la faïence, alors nouvelle dans l’Europe de la fin du Moyen Âge ; Limoges, dont le nom même est devenu synonyme de porcelaine dans de nombreux pays, ainsi que Pecs, d’où rayonna la Manufacture Zsolnay ; Séville, qui, avec sa voisine Malaga, constitua l’une des premières étapes du développement de la faïence en Europe, et enfin, Stoke-on-Trent, siège d’entreprises aussi connues que Wedgwood ou Minton. Associée à ces pôles par le biais du Porzelanikon Museum, la Ville de Selb, réputée pour ses Manufactures Hutschenreuther et Rosenthal participe également à ce projet.
Chacune de ces villes a la particularité de disposer d’un patrimoine industriel traditionnel lié à la porcelaine et aux céramiques et de bénéficier de savoir-faire reconnus.

Les thématiques des groupes de travail constitués

Des groupes de travail constitués en relation avec tous les acteurs locaux concernés dans les différentes villes (entreprises de céramiques, collectivités locales, centres de formation et d’innovation, universités/laboratoires de recherche, instituts de design, centres culturels…) ont engagé une réflexion articulé autour de 5 thématiques : promotion de l’innovation (formation, recherche, transferts de technologie, soutien aux entreprises innovantes…), renforcement industriel (structuration du tissu industriel traditionnel, mise en réseau des acteurs, préservation des savoir-faire, protection des labels, accompagnement social des travailleurs touchés par les restructurations…), intégration urbaine (régénération du patrimoine culturel et industriel, illustration dans l’espace public), valorisation culturelle et touristique (création d’une dynamique associant musées, événements, opérateurs culturels et touristiques, acteurs de l’art et du design…), identité urbaine (marketing territorial jouant sur les tandems patrimoine/innovation, pour renforcer l’image nationale et internationale des villes céramiques).

La coopération entre les différentes villes membres du réseau s’est engagée au cours de l’année 2009 : elle s’est concrétisée par des visites techniques, des échanges d’expériences, des travaux en commun, lors de rencontres organisées à Limoges (février 2009), Séville (mai 2009), Aveiro (juillet 2009) et Stoke-on-Trent (octobre 2009).

Au cours de l’année 2009 le réseau était représenté aux « Céramic Forum » du Parlement Européen et à la Foire Internationale de Céramiques de Jingdezhen (octobre 2009).

Contact presse :
Anne-Laure MARLIAS, Tél : 05 55 45 63 04/Fax : 05 55 45 64 41,
e-mail : anne-laure_marlias@ville-limoges.fr
Site internet

Ville de Limoges – 22/05/2010 16:10:00

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Patrons de Limoges

1 – Jean-Pierre Verspieren, le descendant des créateurs de Legrand. Il admet être un « privilégié », mais il cultive la discrétion. Les Verspieren, originaires du nord de la France, se sont établis à Limoges pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils furent, avec la famille Decoster, les bâtisseurs du leader de l’équipement électrique Legrand. Jean-Pierre Verspieren, diplômé de Sciences Po, a suivi les traces de son père en 1968, prenant diverses responsabilités au sein de la société familiale avant de siéger à sa direction. Lors du rapprochement avec Schneider, en 2001, tous ont quitté le navire. Aujourd’hui, à 70 ans, ce grand-père de douze petits-enfants reste très investi dans la vie économique.

2 – Michel Bernardaud, le dépositaire d’un siècle et demi de savoir-faire. Leader de la porcelaine française avec 42 millions d’euros de chiffre d’affaires et 330 employés (dont les trois quarts à Limoges), Bernardaud se positionne parmi les principaux acteurs de la porcelaine haut de gamme dans le monde. C’est en 1863 qu’est créée la manufacture Delinières, qui sera rachetée à la fin du XIXe siècle par Léonard Bernardaud, aïeul de Michel, 52 ans. Dans ses fonctions, l’actuel PDG, père de quatre enfants, est accompagné de son frère Frédéric, 50 ans, à la direction générale, et de sa s?ur France, 42 ans, présidente du conseil de surveillance. Celui qui se sent un peu « le dernier des Mohicans » familiaux dans un monde industriel estime qu’il faut aujourd’hui « négocier le virage en restant un acteur principal sur le créneau du haut de gamme ».

3 – Jean Madrangeas, le continuateur de la charcuterie Madrange. En 1984, Jean Madrangeas, 53 ans, entre dans l’entreprise familiale de charcuterie fondée par son grand-père dans la Corrèze en 1924. En 1989, il en prend la direction générale, pour dix-sept années marquées par une forte expansion, notamment internationale. Evincé en 2007 par sa mère, Andrée, de la direction du groupe, il est revenu à la présidence du conseil de surveillance en avril 2009. Avec 350 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008, six sites de production, dont deux à Limoges, et des innovations axées sur le service au consommateur, le spécialiste du jambon cuit n’a rien perdu de son dynamisme.

4 – Jean-Loup Tarneaud, le patron d’une banque familiale bicentenaire. A la présidence de la Banque Tarneaud depuis 1992, ce diplômé de l’Essec est fier de représenter un établissement bicentenaire, créé par Jean-Baptiste Tarneaud en 1809. Son fonctionnement reste « familial », même si la banque appartient au Crédit du Nord : « Les clients appellent directement sur ma ligne », assure-t-il. La Banque Tarneaud compte 72 agences (trois ouvertures sont prévues en 2010) qui regroupent 600 personnes, dont 250 à Limoges. Jean-Loup Tarneaud a trois enfants, « libres de faire ce qu’ils veulent » plus tard. Lui, il n’a « jamais imaginé de faire autre chose ».

5 – Bertrand Raynaud, le porcelainier qui perpétue la tradition. L’histoire de la porcelaine Raynaud commence en 1919, quand Martial Raynaud rachète la manufacture de Montjovis pour en faire la maison Raynaud & Cie, qui sera rachetée par le Groupe Ercuis en 1992. Depuis cette date, Bertrand Raynaud, entré dans l’entreprise en 1985, devenu directeur général en 1989, préside son directoire. Président de l’Union des fabricants de porcelaine de Limoges, il a fait des études d’arts plastiques et de sciences économiques avant d’entrer à l’Ecole supérieure de commerce de Bordeaux.

Camille Raynaud de Lage –  01/02/2010 

http://www.lexpansion.com/

 

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Le porcelainier Médard de Noblat racheté par le néerlandais Amefa

Le groupe néerlandais Amefa, spécialisé dans les arts de la table, vient d’acquérir le porcelainier Médard de Noblat implanté à Sauviat-sur-Vige (Haute-Vienne).
L’entreprise, initialement dénommée Porcelaines Giraud, avait été créée en 1836. En 1989,alors qu’elle est placée en liquidation judiciaire, elle est reprise par Georges Médard qui la rebaptise Médard de Noblat.
Le dirigeant a assuré que la cinquantaine d’emplois sera maintenue sur le site. Ses magasins de vente aux particuliers sont aussi concernés par cette vente.
Le groupe Amefa, qui compte sept filiales, emploie plus de 300 personnes en Europe et en Asie. Son réseau d’agents et de distributeurs lui assure une distribution de ses produits dans plus de cinquante pays. Le 1er janvier 2006, le groupe avait repris l’entreprise française Couzon, spécialisée dans les articles ménagers en inox.

Médard de Noblat, l’une des plus anciennes fabriques de porcelaine de Limoges, a fabriqué des services de table pour une clientèle illustre telle que le Shah d’Iran, le Pape Jean XXIII, le Général de Gaulle ou l’hôtel Georges V à Paris.

Corinne Mérigaud, le 6 mai 2010-06-11 http://www.usinenouvelle.com/

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Le marquage de l’origine nationale des produits

AFP 06/05/2010 |<!–

.

–>

Le député UMP de Seine-et-Marne Yves Jégo propose dans un rapport remis au président de la République d’imposer le marquage de l’origine nationale sur tous les produits mis en vente dans l’Union européenne afin d' »en finir avec la mondialisation anonyme ». « La mondialisation des échanges a accru les exigences du consommateur en matière d’information sur l’origine et la qualité des produits qu’il achète », mais « paradoxalement, pour l’immense majorité des produits de consommation (…), les nouvelles exigences de traçabilité ne peuvent être satisfaites », écrit l’ancien secrétaire d’Etat à l’Outre-mer.

Pour y remédier, et afin également de valoriser le « made in France », dont la valeur est « incontestable », selon le rapport, M. Jégo a élaboré plusieurs propositions.
Outre l’obligation d’indiquer l’origine nationale de tous les produits mis en vente en Europe, il propose d’étendre dans l’UE le champ des indications géographiques protégées aux produits non alimentaires, citant l’exemple de la verrerie de Murano, des couteaux de Laguiole ou de la porcelaine de Limoges. 

http://www.lefigaro.fr/

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

L’ENSA collabore avec la styliste espagnole Agatha Ruiz de la Prada

mercredi 5 mai 2010 – 13:06

Célèbre dans le monde entier, la créatrice madrilène Agatha Ruiz de la Prada a demandé à des étudiants de l’école d’art de Limoges de réaliser une série d’objets en porcelaine qui seront exposés à la biennale du design de Liège.

« Vous êtes ici dans une école exceptionnelle qu’on vous envierait aux Etats-Unis », lâche-t-elle, impressionnée par la qualité des équipements, de l’équipe pédagogique, de l’environnement et par le travail de son dynamique directeur Benoît Bavouset.

 Agatha a donc eu un coup de coeur pour Limoges. Les coeurs, justement, la designeuse madrilène les déclinent sous toutes les coutures dans son travail.

En rouge, vert, jaune, bleu, on retrouve ses coeurs dans les pots de fleurs et les vases dessinées par Agatha et que trois étudiants de 3e année ont réalisé en porcelaine dans l’atelier de leur enseignant Christian Couty, président de l’association Esprit porcelaine.

 Du « made in Limoges » signé Rémy Beaubelicoux, Hélène Delépine et Jean-Baptiste Clavé.

Ces 10 pièces en porcelaine d’après des dessins d’Agatha Ruiz de la Prada seront exposées à la biennale de Liège à l’automne prochain.

 Fille d’architecte, concubine du journaliste Pedro J. Ramirez, directeur du quotidien « El Mundo », la styliste espagnole née en 1960 est connue dans le monde entier pour ses créations très colorées.

http://www.lepopulaire.fr/

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Limoges : métiers d’art en péril

Plus qu’un bassin industriel, Limoges est le berceau historique des arts de la table, et plus précisément des arts du feu. Mondialement connue pour son savoir-faire dans les émaux d’art, la porcelaine industrielle, et la porcelaine d’art, la ville incarne un des joyaux du savoir-faire hexagonal. Mais plongée dans une conjoncture difficile depuis le début des années 80, la porcelaine de Limoges a bien du mal à se relever. Et elle fait décidemment l’objet de nombreuses convoitises! Combien de temps encore va-t-on laisser disparaître nos richesses ?

Deux siècles de rayonnement, trois décennies de déclin

C’est dès la fin du XVIIIème siècle qu’est apparu le travail de la porcelaine dans la région de Limoges. En 1765, des carrières de kaolin sont découvertes près de Saint-Yriex-la-Perche. Au tout début de son exploitation, les artisans utilisaient des fours à bois pour toutes les étapes de la fabrication. En 1840, la première machine à vapeur est installée et permet d’améliorer le marchage et le battage des pâtes. Un véritable tournant de l’industrie porcelainière intervient en 1856, avec l’arrivée du chemin de fer à Limoges. Dès cette date, l’exportation de la production se fait plus rapide et plus abondante (lien). Ainsi commence l’âge d’or de la porcelaine de Limoges. Cependant, la conception d’objets d’art reste un travail manuel, et l’innovation technique a ses limites. Refusant de faire toute concession en terme de qualité, les porcelainiers de Limoges voient alors leurs coûts de production s’accroître, face à la concurrence de sociétés étrangères au XXième siècle qui développent des produits d’entrée de gamme. Leur production est largement automatisée. En même temps, la baisse constante du nombre de mariages réduit la demande, et les ménages se tournent souvent vers des matériaux moins nobles comme le grès ou la faïence. Les chocs conjoncturels des années 70 affectent un peu plus les porcelainiers, et le début d’ouverture des marchés en 1986 les expose à une compétition inégale. Entre 1988 et 2003, les effectifs ont chuté de 45% (lien). Le secteur employait 8000 personnes en 1970, il n’en reste que 1000 (Le Monde, 3 juillet 2009).   

Limoges est aujourd’hui classée « pôle européen de la céramique », et accueille le siège du pôle nationale de compétitivité « Céramique » (lien). Mais cela ne suffit pas à affronter la conjoncture. D’abord parce que les porcelainiers exportent majoritairement aux Etats-Unis, et qu’un euro trop fort les pénalise depuis des années. Il semblerait aussi que les entreprises qui sous-traitent déjà à l’Est soient tentées de délocaliser vers la Chine (lien). En effet on reproche souvent aux porcelainiers de n’avoir pas su moderniser leur outil de production. Mais cette « modernisation » est-elle compatible avec les exigences des métiers d’art ? Ou le problème ne réside-t-il au fond que dans les coûts de main d’œuvre, face à la concurrence asiatique ? On ne le répète jamais assez mais depuis 2005, les porcelainiers de Limoges font face à la levée des quotas à l’export des pays asiatiques. Pourtant, un rapport très sérieux soulignait récemment que « si l’entrée de gamme permet une production mécanisée et délocalisée sur les produits basiques, les contraintes du haut de gamme, avec une fabrication largement artisanale, imposent le maintien d’un outil productif en Europe occidentale » (lien). A bon entendeur…

Une perte irréversible de savoir-faire ?

Reconnu pour ses célèbres manufactures de porcelaine, le bassin d’emploi de Limoges concentre la plupart des activités industrielles phares de la région (lien). Mais cela va-t-il durer ? La question peut paraître alarmiste. Pourtant, afin de protéger ses emplois et son savoir-faire, l’Union des fabricants de porcelaine de Limoges se bat pour essayer de préserver la production sur place (lien). Il s’agit de protéger le métier des dérives et des convoitises potentielles. Mais de quoi parle-t-on ici ?

Il faut savoir que les délocalisations vont bon train. En effet, le nom de Limoges se vend bien. Mais des sociétés en difficulté sont revendues à de grands groupes, qui délocalisent la fabrication et se servent des marques pour générer du profit, après avoir licencié les travailleurs qui ont bâti leur renom (lien). Cette pratique devenue monnaie courante est même une habitude révoltante, pour certaines multinationales. Si on se penche sur le cas du  groupe Amefa (n°2 des couverts de table en Europe), les faits sont éloquents. Les consommateurs ne connaissent pas vraiment le nom « Amefa » et c’est ce qui aurait poussé l’entreprise, selon certains (lien), à racheter Couzon en 2005, la fameuse coutellerie. Les conséquences ont été désastreuses : la plupart des emplois ont été supprimés, et la sous-traitance locale s’est effondrée (lien). Il est certain que Couzon était en difficulté à l’époque, mais elle n’a pas été rachetée pour être sauvée : Amefa a seulement gardé sur place la distribution, le marketing et le design, et une dizaine d’emplois pour la production des petites séries (lien). Afin de profiter de la renommée des couteaux de Thiers ? L’histoire pourrait bien se répéter. La presse révélait il y a quelques jours que Amefa souhaitait prendre le contrôle de Medard de Noblat, maison française fondée en 1836 (lien).

Que restera-t-il demain de cette entreprise emblématique de notre savoir-faire ? Et de la porcelaine de Limoges, si ce n’est qu’une étiquette, une marque qui fait vendre ? Ne devrait-on pas interdire ces pratiques, qui peuvent induire le consommateur en erreur ? Les salariés de Medard de Noblat seront-ils aussi demain, comme leurs anciens camarades de Couzon, sur le carreau ? Dans tous les cas, les grands noms de Limoges font des envieux, et ce n’est pas seulement vrai pour Medard de Noblat : des fonds d’investissement et des sociétés étrangères (selon Enjeux Les Echos) gravitent autour de nos marques locales depuis des années (par exemple, le fonds d’investissement TCR ou le russe Lukoil). Il est grand temps de prendre parti contre le pillage de l’industrie française. L’économiste Galbraith n’a-t-il pas dénoncé ce qu’il appelle « la prédation économique moderne » (lien) ?

Nos marques locales ont été construites patiemment par des générations entières de dirigeants et d’ouvriers. Mais ne vous étonnez plus si « parfois, le savoir-faire est galvaudé pour «cracher du blanc» sans se préoccuper de la qualité, afin d’arrondir les fins de mois » (lien). Et qu’on arrête enfin de nous brandir le sceptre de la récession : « Le marché des arts de la table est globalement en expansion dans le monde, avec l’hôtellerie et la restauration ». Parce que, il est bon de le rappeler, il y a encore des patrons à Limoges qui osent clamer haut et fort : « Je ne sacrifierai ni l’image de marque ni la qualité pour des bénéfices à court terme »  (lien).

http://www.come4news.com/limoges-metiers-dart-en-peril-292323

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts