« Les nouveaux pionniers de « l’or blanc » réveillent Limoges »

Bernard GORCE,  La Croix, 23/02/2010, extraits.

Héritiers des porcelainiers, de jeunes entrepreneurs tissent un réseau de PME high-tech qui apporte un rayonnement international à la capitale limousine.

 

Le rayon laser grave un logo sur la bouteille d’une grande marque d’eau minérale. Après six mois de travail, la machine est en fin de test dans le laboratoire de l’entreprise Cerlaze qui devrait bientôt la livrer au fabricant de boisson. Petit détail, la bouteille est pleine, déjà capsulée.

C’est grâce à un procédé révolutionnaire de « frittage », des grains de poudre permettant de graver des supports de verre ou de céramique en fin de chaîne de production, qu’Arnaud Hory a créé, en 1998, son entreprise à Limoges. Depuis, sa société, qui vend des machines dans le monde entier, est devenue un groupe qui détient cinq marques et emploie une quarantaine de salariés.

À l’image d’Arnaud Hory, 40 ans, une nouvelle génération d’entrepreneurs à la tête d’un bataillon de PME réveille la paisible cité limousine. Connue dans le monde entier pour sa porcelaine, « l’or blanc », Limoges tente d’arracher une réputation internationale en matière de haute technologie. Les champs d’utilisation de la céramique sont, en effet, immenses, qu’il s’agisse de l’habitat, de la médecine, de l’électronique, de l’aérospatiale ou même du nucléaire.

Un Pôle européen de la céramique avec près de 80 entreprises

En 2004, lorsque le gouvernement lance une nouvelle stratégie industrielle basée sur les « pôles de compétitivité », Limoges tente sa chance et gagne. Le Pôle européen de la céramique, soutenu par la région, est officiellement labélisé en 2005. Il regroupe aujourd’hui près de 80 entreprises, dont la moitié sont installées dans la ville, ainsi que deux laboratoires, une université et deux écoles d’ingénieurs, dont l’École nationale supérieure de céramique industrielle (Ensci).

[…]

« Le fait d’avoir le label permet de faire masse à l’étranger »

[…] L’avenir des pôles de compétitivité se joue sur la recherche, l’innovation et la coopération entre les laboratoires et les entreprises.

En quatre ans, le Pôle européen de la céramique a déjà permis de labéliser une soixantaine de projets en recherche et développement pour un montant de 100 millions d’euros financés à 35% sur des fonds publics. Chaque année, de nouvelles PME high-tech voient le jour.

[…]

Plusieurs succès comme les cônes pour les lampes Berger

Une « Ceramics Valley » verra-t-elle le jour en Haute-Vienne ? Jean-Pierre Limousin, président de la chambre de commerce, ne croit pas au miracle mais parle d’une « stratégie de long terme ». Après les investissements dans les grands équipements – aéroport, CHU ou université –, puis l’arrivée de l’autoroute, le pôle est « devenu l’élément majeur de la reconquête industrielle locale. Cela ne fait pas tout, mais c’est un signe psychologique fort que nous ne sommes pas abandonnés par la République, un rappel que nous disposons d’un savoir-faire dont on n’a pas assez conscience. »

Ces dernières années, plusieurs succès sont venus redonner confiance, comme la fabrication des cônes de céramique pour les lampes Berger ou le traitement des moteurs de Formule 1. « Maintenant, explique Jean-Pierre Limousin, la mise en réseau de toutes ces PME doit se poursuivre, et l’activité industrielle suivra. »

Inciter les entreprises étrangères à s’établir dans le Limousin

Comme Arnaud Hory, président de l’association qui anime le pôle, plusieurs entrepreneurs se sont installés sur le site de la technopole Ester, ouverte en 1993  au nord de la ville.

Au centre de ce parc d’activités, un étrange bâtiment en forme de soucoupe abrite des centaines de mètres carrés de bureaux et d’espaces de rencontres. C’est ici que l’on trouve la petite équipe d’animation du Pôle européen de la céramique, que dirige Vincent Collins. Il étudie actuellement, avec l’Agence pour l’emploi des cadres (Apec), une gestion collective des ressources humaines. « L’enjeu, souligne Vincent Collins, est d’offrir à des jeunes qui sortent de l’université ou des écoles de Limoges des perspectives de mobilité de carrière comme à l’intérieur d’un groupe industriel. »

L’autre projet est la création d’une plate-forme de services pour inciter les entreprises étrangères à s’établir dans le Limousin. Fabrice Macquet, délégué général de la technopole Ester, observe qu’une multinationale spécialisée dans la pâte à céramique a déjà installé son centre de recherche de 18 salariés, dont plusieurs ingénieurs originaires du monde entier. […]
Bientôt, l’Ensci quittera le centre-ville pour s’installer sur la technopole d’Ester, ainsi que les deux laboratoires de recherche. Au total, 450 étudiants, enseignants, chercheurs se croiseront au quotidien. […].

http://www.la-croix.com/Les-nouveaux-pionniers-de–l-or-blanc–reveillent-Limoges/article/2415909/55350

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

« Le Limousin retrouve son attractivité »

Céline Rouden, La Croix, 23/02/2010, extraits.

[…]

La région, qui a perdu des habitants tout au long du XXe siècle, a amorcé un léger redressement démographique depuis l’an 2000, signe d’une attractivité retrouvée. Longtemps située à l’écart des grandes voies de communication, l’autoroute A20 la traverse désormais du nord au sud, et un projet de ligne à grande vitesse entre Poitiers et Limoges devrait mettre la capitale régionale à deux heures de Paris.

Le Limousin souffre cependant d’un fort déséquilibre entre l’ouest, où se concentre l’essentiel de la population et des activités (autour de Limoges et de Tulle), et l’est, au caractère rural très marqué. Le quart de la population a plus de 60 ans. L’économie limousine repose sur un secteur agricole important, notamment l’élevage d’ovins et de bovins à viande, dont les productions sont réputées.

Ses industries manufacturières traditionnelles (cuir, porcelaine, chaussure), qui lui ont apporté une notoriété mondiale, sont aujourd’hui en déclin. La mécanique, l’agroalimentaire, les composants électroniques et le papier-carton sont les secteurs porteurs tirés par quelques gros établissements (Legrand, Madrange, Valeo…). Dans une région où le taux de chômage est inférieur à la moyenne nationale, l’administration reste un employeur important.

http://www.la-croix.com/Le-Limousin-retrouve-son-attractivite/article/2415905/4076

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Journalistes et sociologues.

QUESTIONS DE COMMUNICATION
N° 16 – 2009 – 396  pages – 20 euros
Journalistes et sociologues.
Retour sur des luttes pour écrire le “social”
Dossier coordonné et présenté par Vincent Goulet et Philippe Ponet

 Vincent Goulet
Dick May et la première école de journalisme en France. Entre réforme sociale et professionnalisation

Ivan Chupin
Sciences sociales et formations en journalisme : émergence d’un nouvel enjeu de distinction
 
Aurélie Tavernier
Rhétoriques journalistiques de médiatisation du sociologue
 
Julie Sedel
Une analyse comparée de la médiatisation de deux sociloguies de la délinquance juvénile

Elihu Katz
Les journalistes comme scientifiques. Notes pour une classification professionnelle
 Échanges
Béatrice Fleury, Jacques Walter
Penser le Genre en sciences de l’information et de la communication et au-delà (2)

Silvia Delfino
Fabricio Forastelli
Communication et culture dans les luttes politiques
 
Rokhaya Fall-SokhnaSylvie Thiéblemont-Dollet
Du genre au Sénégal. Un objet de recherche émergent ?

Isabelle Gavillet
D’un no u-Turn en sciences de l’information et de la communication

Virginie Julliard
Pour une intégration du genre par les sciences de l’information et de la communication
 Notes de recherche
Geoffrey Geuens 
Médias et milieux d’affaire
 
Claire Oger
Recueil de la parole et inscription dans l’espace : l’expérimentation d’entretiens « topographiques »
 
Laurent Petit
Les conditions de l’usage des ressources pédagogiques numériques
 
Nelly Quemener
Performativité de l’humour : enjeux méthodologiques et théoriques de l’analyse des sketches dans les talk shows
 Notes de lecture
Cinéma
Culture, esthétique, littérature, musique
Histoire, épistémologie
Médias, journalisme
Sociétés
Technologies de l’information et de la communication
Livres reçus
 Abstracts
Questions de communication
Revue semestrielle à comité de lecture, publiée avec le soutien du Centre de recherche sur les médiations (Université Paul Verlaine-Metz/Nancy Université/Université de Haute-Alsace) et avec le concours du Conseil Régional de Lorraine.
Questions de communication bénéficie de la reconnaissance scientifique du CNRS.
Site : http://www.ques2com.fr
Rédaction : crem@univ-metz.fr
Prochains dossiers
17 (2010) Cultures de la science en Europe
18 (2010) Les non-usages des TIC

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Documents pour l’Histoire des techniques, 18

 La revue Documents pour l’histoire des techniques, DHT n°18 (janvier 2010) vous propose au sommaire :

  • Dossier thématique: La numérisation du patrimoine technique, textes réunis par Michel Cotte.                                                           
    • Varia : Éclairer les arts: Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842) ses manuels Roret et les sciences appliquées par Joost Mertens – Aux Olympiades du progrès: les ouvriers italiens aux expositions universelles au XIXe siècle par Anna Pellegrino
    • Le Cahier du Musée des Arts et Métiers : La Nature et la collection de photographie scientifique au Conservatoire des arts et métiers par Marie.-Sophie Corcy
      • Dossier documentaire :  Le tour de l’Europe drapière d’un marchand italien au XVIIIe siècle. Au coeur des manufactures lainières européennes du XVIIIe siècle. Le voyage de Gian Batta Moccafy, (1766-1767), édition commentée par Corine Maitte. 

 Publié avec le soutien de l’UTBMRECITS et du Musée des arts et métiers. 

Documents pour l’histoire des techniques « Nouvelle série » (DHT), revue semestrielle avec numéros spéciaux thématiques, est coéditée par la SeaCdhte et le Cdhte-Cnam, Centre d’histoire des techniques et de l’environnement. Les DHT ont pour but de décrire, d’analyser et d’interpréter les sources de documentation, d’animer le débat sur les méthodes de recherche en histoire des techniques et d’informer des travaux en cours. Ils s’adressent à la communauté scientifique en histoire et sciences sociales.

 Editeur scientifique: CDHTE-Cnam, Directrice de rédaction : Liliane Pérez, Secrétaire générale de rédaction : Eugénie Briot

 Diffusion : SeCDHTE-Publications

Documents pour l’histoire des techniques  5, rue du Vertbois, F75003 Paris – France

ou par mail : martine.mille1@wanadoo.fr ou ppetriarte@free.fr

Chèque à l’ordre de la SeCDHTE-Publications

Prix du numéro : 18,00 €, Abonnement annuel (2 numéros) : 30,00

Tarif préférentiel adhérents de la SeaCDHTE,  Abonnement et adhésion : 30,00 €, Numéro à l’unité : 15,00 €

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Séminaire : Analogie et invention technique. Approches pluridisciplinaires

Séminaire CDHTE-Cnam 2009-2010

Analogie et invention technique. Approches pluridisciplinaires

Sophie A. de Beaune (Université Lyon 3 / CDHTE-Cnam), Michel Letté (CDHTE-Cnam),Valérie Nègre (École nationale supérieure d’architecture de Paris La-Villette / CDHTE-Cnam), Liliane Pérez (CDHTE-Cnam)

 2e semestre – Mardi 17 h 30 – 19 h 30, Cnam, 2 rue Conté 75003 Paris. M° Arts et Métiers. Salle : 33 – 1 -16 (entrée 33, 1er étage, salle 16)

 Ce séminaire a pour but d’interroger les liens entre l’analogie et l’invention technique dans des contextes très différents, en histoire et en préhistoire, et d’ouvrir la réflexion aux apports des sciences sociales concernées par la conception, l’apprentissage, le geste et l’action.

Les historiens des techniques ont montré que les pratiques inventives ont partie liée avec les capacités à rassembler, composer, transposer, en somme avec la pensée de synthèse, clé de voûte du génie technique et des logiques opératoires. Les acquis dans ce domaine sont importants, qu’il s’agisse de la théorisation de ce processus par les contemporains (l’invention comme « science des rapports ») ou de l’identification des pratiques elles-mêmes. Mais bien des questions restent en suspens. Quels sont les modèles choisis par les théoriciens cherchant à codifier et faciliter l’analogie ? Quelle place occupe l’artisanat dans leur compréhension de ce mode opératoire ? L’analogie est-elle l’apanage des ingénieurs ou participe-t-elle de pratiques à l’œuvre dans de larges couches du monde du travail ? Comment l’identifier dans le passé ?

En préhistoire, les inventions techniques imputables aux premiers hominidés semblent résulter de glissements techniques tels que la fusion de deux gestes, l’utilisation d’un geste déjà connu sur un nouveau matériau, ou encore l’utilisation d’un outil déjà connu en un geste réservé jusque-là à un autre outil. Il se pourrait donc que ces procédés d’invention par analogie résultent de compétences profondément ancrées chez l’homme, voire ses prédécesseurs immédiats, ce qui a orienté notre réflexion sur l’émergence des capacités cognitives des premiers hominidés.

L’heureuse rencontre entre ces deux domaines de recherche a priori assez éloignés nous a incités à nous interroger sur les multiples formes de cette capacité d’invention par raisonnement analogique, sur sa permanence dans des contextes historiques et culturels différents, sur son émergence dans les processus d’apprentissage chez l’enfant, sur sa présence chez les primates non humains … Ces résonances justifient d’organiser un séminaire pluridisciplinaire, réunissant des chercheurs d’horizons différents : historiens des techniques, archéologues mais aussi éthologues, psychologues cognitivistes, anthropologues, historiens de l’art, philosophes des techniques…

 Programme 2009-2010

16 février 2010 Problématiques générales et bibliographie. Sophie A. de Beaune (Université Lyon 3 /

UMR 7041, Nanterre / CDHTE, Cnam), Valérie Nègre (École nationale supérieure d’architecture de Paris La-Villette / CDHTE, Cnam), Liliane Pérez (CDHTE, Cnam)

9 mars 2010 L’analogie et l’invention à la Renaissance. Hélène Vérin (C. Alexandre Koyré, CNRS)

30 mars 2010 L’analogie et l’invention dans les sciences cognitives. Découverte et invention techniques. Les processus cognitifs de l’invention. Charles Tijus (Laboratoire « Cognitions Humaine et

Artificielle », Université Paris VIII)

13 avril 2010 L’analogie et l’invention en anthropologie. L’adaptation de matériel agricole standard en

Bourgogne, au XXe siècle. Anne Marie Guenin (docteur de l’EHESS)

11 mai 2010 L’analogie et l’invention en ethnologie. Jean-Luc Jamard (CNRS), François Sigaut

(EHESS / CDHTE-Cnam)

8 juin 2010 L’analogie et l’invention en archéologie. Michel Pernot (Iramat, CNRS / Université Bordeaux 3), Sophie A. de Beaune (Université Lyon 3 / UMR 7041, Nanterre / CDHTE Cnam)

 Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter :

Sophie de Beaune : sophie.de-beaune@mae.u-paris10.fr Michel Letté : michel.lette@cnam.fr

Valérie Nègre : valerie.negre@wanadoo.fr Liliane Pérez : liliane.perez@wanadoo.fr

Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts