Patrons de Limoges

Date 11 juin 2010

1 - Jean-Pierre Verspieren, le descendant des créateurs de Legrand. Il admet être un "privilégié", mais il cultive la discrétion. Les Verspieren, originaires du nord de la France, se sont établis à Limoges pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils furent, avec la famille Decoster, les bâtisseurs du leader de l'équipement électrique Legrand. Jean-Pierre Verspieren, diplômé de Sciences Po, a suivi les traces de son père en 1968, prenant diverses responsabilités au sein de la société familiale avant de siéger à sa direction. Lors du rapprochement avec Schneider, en 2001, tous ont quitté le navire. Aujourd'hui, à 70 ans, ce grand-père de douze petits-enfants reste très investi dans la vie économique.

2 - Michel Bernardaud, le dépositaire d'un siècle et demi de savoir-faire. Leader de la porcelaine française avec 42 millions d'euros de chiffre d'affaires et 330 employés (dont les trois quarts à Limoges), Bernardaud se positionne parmi les principaux acteurs de la porcelaine haut de gamme dans le monde. C'est en 1863 qu'est créée la manufacture Delinières, qui sera rachetée à la fin du XIXe siècle par Léonard Bernardaud, aïeul de Michel, 52 ans. Dans ses fonctions, l'actuel PDG, père de quatre enfants, est accompagné de son frère Frédéric, 50 ans, à la direction générale, et de sa s?ur France, 42 ans, présidente du conseil de surveillance. Celui qui se sent un peu "le dernier des Mohicans" familiaux dans un monde industriel estime qu'il faut aujourd'hui "négocier le virage en restant un acteur principal sur le créneau du haut de gamme".

3 - Jean Madrangeas, le continuateur de la charcuterie Madrange. En 1984, Jean Madrangeas, 53 ans, entre dans l'entreprise familiale de charcuterie fondée par son grand-père dans la Corrèze en 1924. En 1989, il en prend la direction générale, pour dix-sept années marquées par une forte expansion, notamment internationale. Evincé en 2007 par sa mère, Andrée, de la direction du groupe, il est revenu à la présidence du conseil de surveillance en avril 2009. Avec 350 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2008, six sites de production, dont deux à Limoges, et des innovations axées sur le service au consommateur, le spécialiste du jambon cuit n'a rien perdu de son dynamisme.

4 - Jean-Loup Tarneaud, le patron d'une banque familiale bicentenaire. A la présidence de la Banque Tarneaud depuis 1992, ce diplômé de l'Essec est fier de représenter un établissement bicentenaire, créé par Jean-Baptiste Tarneaud en 1809. Son fonctionnement reste "familial", même si la banque appartient au Crédit du Nord : "Les clients appellent directement sur ma ligne", assure-t-il. La Banque Tarneaud compte 72 agences (trois ouvertures sont prévues en 2010) qui regroupent 600 personnes, dont 250 à Limoges. Jean-Loup Tarneaud a trois enfants, "libres de faire ce qu'ils veulent" plus tard. Lui, il n'a "jamais imaginé de faire autre chose".

5 - Bertrand Raynaud, le porcelainier qui perpétue la tradition. L'histoire de la porcelaine Raynaud commence en 1919, quand Martial Raynaud rachète la manufacture de Montjovis pour en faire la maison Raynaud & Cie, qui sera rachetée par le Groupe Ercuis en 1992. Depuis cette date, Bertrand Raynaud, entré dans l'entreprise en 1985, devenu directeur général en 1989, préside son directoire. Président de l'Union des fabricants de porcelaine de Limoges, il a fait des études d'arts plastiques et de sciences économiques avant d'entrer à l'Ecole supérieure de commerce de Bordeaux.

Camille Raynaud de Lage -  01/02/2010 

http://www.lexpansion.com/

 


Florent Le Bot

Historien, chercheur au CNRS

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Les commentaires sont fermés.